Accueil

JE VEUX AIDER

Vous aussi vous pouvez soutenir nos actions !

En faisant un versement sur notre compte bancaire à la BCEE (IBAN : LU63 0019 2100 0888 3000 / BIC : BCEELULL)
JE VEUX AIDER

Helfer in der Nacht

Helfer in der Nacht, publié dans le Luxemburger Wort le 20 octobre 2017

Qui sommes-nous ?

Fondée en 1996, la Stëmm vun der Strooss oeuvre en faveur de l´intégration sociale et professionnelle de personnes défavorisées. Conventionnée par le Ministère de la Santé, cette association sans but lucratif travaille en étroite collaboration avec la Croix-Rouge luxembourgeoise. Son siège social se situe à Luxembourg. En 2004, la Ville d´Esch-sur-Alzette a mis des locaux à sa disposition afin qu´un second restaurant social y voie le jour. L’atelier de réinsertion sociale Schweessdreps s’est également installé dans la capitale minière. Au cours de l’année 2014, la Stëmm vun der Strooss a ouvert de nouvelles antennes à Hollerich, à Schoenfels, à Tétange et à Belvaux. Des sans-abri, des chômeurs, des bénéficiaires du revenu minimum garanti, des ex-détenus, des demandeurs d’asile, des émigrés et des personnes atteintes de troubles psychiques et/ou dépendantes de la drogue, de l´alcool et des médicaments constituent sa clientèle.

Nous oeuvrons en faveur de l´intégration sociale et professionnelle de personnes défavorisées.

En 2016 la Stëmm vun der Strooss c’était :

  • 100 130 repas servis (28 710 à Esch-sur-Alzette et 71 420 à Hollerich) soit 26 884 repas de plus qu’en 2015 (+36.7%)
  •  137 tonnes de denrées alimentaires redistribuées gratuitement
  • 249 personnes encadrées sur 5 sites, dans les ateliers de réinsertion professionnelle
  • 30 personnes relogées dans le cadre de l’activité Immo Stëmm
  • 575 consultations gratuites offertes par les médecins bénévoles du Docteur Stëmm, soit +9.3% par rapport à 2015

En savoir plus >>

Témoignages

« Je suis venu à la Stëmm par l’intermédiaire d’un ancien collègue. J’ai travaillé dans une banque et je me suis dit, à l’âge de la retraite, tu feras tout autre chose, et ce, à titre bénévole. Tous mes collègues n’ont pas réagi positivement face à mon travail à la Stëmm. En revanche, de nombreux proches m’ont félicité. La première fois que je suis venu ici, je ne savais pas comment les gens allaient réagir. Je pensais qu’ils seraient peut-être agressifs. Mais cela n’a absolument pas été le cas. Personne ne connaissait vraiment mon rôle. « Ah, voici un nouveau ! » Personne ne savait que j’étais un bénévole. Entre-temps je suis devenu l’un des leurs. »
Nico, 67 ans

Voir les autres témoignages >>