Close

Stëmm vun der Strooss à la découverte du Zoo d’Amnéville

Stëmm vun der Strooss à la découverte du Zoo d’Amnéville

Le jeudi 2 août dernier, comme pour les 19 précédentes années, la Stëmm vun der Strooss a organisé sa traditionnelle sortie estivale. De 8:30 à 17:00, le Zoo d’Anneville a servi de cadre récréatif et de découverte pour 90 personnes parmi lesquelles on retrouvait bon nombre d’enfants ainsi que des personnes à mobilité réduite. C’est à bord des trois bus affrétés pour la circonstance par la Stëmm, que les participants, pourvus de leur pack de lunch comprenant nourriture et boissons, ont pris la route sous la conduite de 7 travailleurs sociaux dirigés par la directrice Alexandra Oxacelay. Au même moment, un groupe de 60 personnes défavorisées a lui pris le départ à Esch sur Alzette pour se rendre aux grottes de Han.

Le trajet s’est fait dans une ambiance bon enfant. Les conversations sont allées bon train. Il faut dire que c’était la première visite d’un zoo pour la majorité des personnes présentes. Aux environs de 10:05, le bus se gare sur le parking du lieu et tout le monde se dirige vers l’entrée située à une dizaine de minutes à pied des caisses du parc animalier. La photo de groupe, immortalisant l’évènement y est prise. Cela fait, la directrice de la Stëmm annonce le programme du jour et chacun reçoit un plan imprimé pour s’orienter et pouvoir retrouver le lieu de rendez-vous précédant le retour au Luxembourg.

Il fait beau, le soleil est ardent. Les groupes se sont formés par affinité et se sont ensuite lancés à la découverte des merveilles dont regorgent les 17ha de ce jardin zoologique. Chacun y allant suivant son rêve de se retrouver en immersion dans le monde des félins en passant par celui les oiseaux de proie ou encore des gorilles, des reptiles, des tortues du vivarium, des perroquets et des loups. Les sentiers sont larges et faciles d’accès. Que dire des réactions des plus petits lorsqu’ils croisent le regard d’un aigle ou d’une chouette ? Un spectacle en particulier a retenu l’attention. C’est celui de Remy Flachaire avec ses 8 tigres tous plus imposants les uns que les autres. C’est au rythme des balades et zones à pique-nique que chacun se pose afin de partager le repas prévu et échanger avec émerveillement sur ce qui a déjà été admiré.

La visite suit son cours et marque un dernier arrêt à 15:00 quand tout le monde se retrouve au restaurant Sarawak afin de partager une boisson ou une glace. C’est le moment privilégié pour avoir les impressions des uns et des autres. Amina, qui a fait le déplacement avec 4 enfants, est ravie. Elle a été émerveillée de voir le toilettage des éléphants. Son moment préféré reste celui des tigres, même si elle avoue avoir préféré les places en hauteur afin de ne pas être trop proche des félins. Comme elle l’a dit ‘‘on ne sait jamais’’.

Benoit a passé un bon moment mais regrette de ne pas avoir pu tout voir. Il est un habitué de la Stëmm et considère ces sorties comme des vacances face à la dureté du quotidien dans la rue. Ce qui revient est que, outre le fait qu’on y passe un moment agréable, le zoo nous permet d’en apprendre plus sur les animaux des cinq continents qui partagent cet espace. Et qu’il faut ‘‘plusieurs visites pour venir à bout de ce zoo géant’’. A 16:00 tout le monde a rallié le point des retrouvailles et pris place dans les bus pour le retour.

Les photos souvenirs et babioles se bousculent dans les sachets des plus nantis. Les autres repartent les yeux pleins d’étoiles ayant vécu un moment loin des conditions difficiles de leur quotidien de personnes en difficulté. Au bout de 15 minutes de trajet, les conversations se tassent et chacun peut s’endormir paisiblement après avoir dégusté les croissants et bouteilles d’eau offerts par la Stëmm. Une nouvelle journée dans la vie de l’association et de celles des participants à cette sortie annuelle s’est ainsi inscrite en lettres joyeuses dans les mémoires. Vivement l’aventure de l’année prochaine !

S’abonner au bimestriel!

Aidez-nous en abonnant à notre journal bimestriel. Le bimestriel Stëmm vun der Strooss paraît cinq fois par an.

Abonnez-vous